Actualités Source : Pixabay.

Comment un expert du poker a fait sa fortune ?

196 ‎مشاهدات

Soigneusement organisé en fonction des mises qu’il jouait sur une table de poker, un diagramme à barres à rendu Nathan Williams célèbre. Il avait en effet réalisé un profit de 53 dollars en jouant à une table avec des blinds à 3/6 dollars pour les mises de départ de chaque main. Il en avait perdu aussi.

Mais c’est au bas de cette table que commence la légende. Dans les jeux où les blinds valaient un centime, le plus bas enjeu possible pour quiconque puisse jouer en Amérique du Nord, Williams avait réalisé un profit incompréhensible de 13 000 dollars.

Un gain assez surprenant

Si vous avez déjà joué au poker à ces enchères, vous savez que les pots dépassent rarement la barre du dollar. Cela n’a pas d’importance. Williams avait construit un petit empire, un sous à la fois. Il a fait la paix avec le fait que parfois, ils vont perdre un pot énorme.

Voici ce qu’il faut savoir :

Ce sont les circonstances inévitables de l’industrie, 50 000 dollars ont disparu en un instant. C’est ce qui a fait du jeu un grand sport pour les spectateurs et également un moyen brutal de gagner sa vie. Mais Williams a brisé le système.

Une mise très basse

Les jeux à un centime ont été conçus pour les joueurs ultra-occasionnels qui veulent jouer pour de l’argent, mais ne veulent pas penser à leurs crédits. Cela a créé une culture de joueurs plus sauvages et généralement moins qualifiés que ceux que l’on trouve dans les parties à enjeux plus importants.

C’était un avantage naturel pour Williams. Il n’était pas obligé de s’asseoir avec les high-rollers, tant qu’il jouait assez de mains. Il fut un temps dans la vie de Williams où il jouait 24 jeux à la fois et 10 000 mains par jour. C’est le type d’échelle qui rend ces chiffres de 13 000 dollars plus raisonnables.

En savoir plus sur l'auteur

Jules

Salut, je suis Jules alias Nekvil sur les tournois en ligne de Poker. Je joue au poker depuis 7 ans, et je deviens de plus en plus accro au fil des années. Parfois je perds mais j'arrive à faire du profit globalement, je peux quasiment en vivre d'ailleurs.